BlancaMadrigalPhoto_EliPuerta_WellBeingOrganized-1991

Je suis & J’ai

 "Je suis ce que je suis. Alors prenez-moi comme je suis" Johann Wolfgang von Goethe Johann Wolfgang von Goethe

Qui es-tu ? C'est la question que l'on nous pose le plus dans notre vie, et peut-être l'une des questions auxquelles nous répondons de manière malhonnête. Oui, oui souvent on ne dit pas la vérité sur nous, et pourquoi je dis cela ? Eh bien, laissez-moi vous expliquer :

Généralement, pour répondre à cette simple question, nous adaptons notre réponse en fonction de notre interlocuteur et dans la plupart des cas, nous répondons sans connaître la réponse nous-mêmes. Une des options est de répondre aussi en termes de ce que nous avons (une profession, un statut social).

Pour être très honnête avec toi, même pour moi, (qui ai l'habitude de poser et de me poser cette question constamment dans mon travail de coach) cette question, n'est pas facile de répondre. Et tu sais pourquoi ? Tout simplement parce que la réponse est très simple : Qui suis-je ? Je suis ! C'est aussi simple que cela ! Je suis moi !

Ce "je suis" est la somme de beaucoup de choses (et je ne parle pas des choses matérielles). À mon avis, c'est la somme de toutes les expériences que nous avons vécues dans cette vie (et dans les vies antérieures), de la façon dont nous avons assimilé ces expériences, et de la façon dont nous les appliquons dans les situations que nous vivons à chaque instant.

La réponse à la question "Qui es-tu ?" est pour moi évolutive. Aujourd'hui, je ne suis pas la même personne qu'hier. Lorsque je finirai d'écrire (et que tu finirais de lire) cet article, nous ne serons pas la même personne. Parce qu'il peut se passer quelque chose, en une fraction de seconde, qui nous fait comprendre une expérience vécue et qui nous permet de passer à autre chose, d'avancer un peu plus dans cette quête de connaissance de nous-mêmes.

Ce "je suis" dans ma vision, est un état que nous ne vivons pas consciemment tout le temps. Soit à cause de nos peurs, soit à cause des expériences que nous n'avons pas lâchées, soit à cause de la peur du futur. Il en va de même avec ce que "j'ai", les choses que je possède (ou qui me possèdent dans la plupart des cas) sont une matérialisation inconsciente de cet état de peur et de "non-être" dans lequel nous sommes habitués à vivre. La façon dont nous racontons notre propre histoire a aussi beaucoup d'influence sur le "je suis", car selon la façon dont on raconte son histoire, elle peut être transformée. D'ailleurs, j'ai mis à jour ma propre histoire, je vous invite à la lire sur ma page : "À propos de moi" pour que vous puissiez voir comment je raconte mon histoire aujourd'hui et comment elle m'a amené au point où j'en suis aujourd'hui.

Et bien, le "je suis" moi-même et "j'ai" seulement ce qui est nécessaire, est un chemin qui, je dois l'admettre, n'est pas facile à suivre. Personnellement, ça fait plus de 30 ans que je suis dans la recherche constante de comprendre mon "je suis" et plusieurs années déjà dans la tâche de "n'avoir" que ce qui est strictement nécessaire et ce qui me rend heureux. La stratégie qui m'a le plus aidé dans ce voyage a été le détachement, le lâcher prise avec amour et gratitude des choses et des expériences qui ne me permettent pas d'être moi-même. Aujourd'hui, je suis dans un processus de détachement et de minimalisme qui, bien qu'il ne soit pas facile à suivre, me rend très heureuse. J'ai également appris à accepter que je ne serai pas la « plus minimaliste » du monde (si tu vois le nombre de livres et de chaussures que j’ai tu serais étonnée) mais cela ne m'empêche pas de créer mon propre standard de minimalisme. Je vous en dirai plus à ce sujet dans un autre article de mon blog. Pour le moment, vous pouvez me suivre sur mes réseaux sociaux si vous voulez voir le chemin que je suis en train de parcourir. Je suis sur Instagram, Facebook & YouTube. Instagram, Facebook & YouTube.

Finalement, je considère que pour répondre à la question qui es-tu en toute sincérité, l’idéale est de le faire avec nos propres standards, et de même avec la question "ce que tu as". Ce n'est pas à notre société de consommation ou de minimalisme qui dois nous imposer un standard, mais c’est à nous même de décider, de prendre l’initiative en partant de notre intérieur. Voilà, c'est ma propre vision, ma propre norme et une invitation pour toi à créer le tien !

Partagez cet article avec vos amis

Comment faire un «nettoyage de printemps» pour retrouver l'énergie de la saison

La première fois que j'ai entendu parler du "nettoyage de printemps", c'était il y a plus de 20 ans, lorsque je suis arrivée en Europe, et j'été vraiment surpris!. Quoi ? c’est qu’on printemps que l'on fait un grand nettoyage ? vraiment ? A cette époque, J'avais déjà intégré en moi le fait que faire du nettoyage et l'organisation dois être quelque chose d'amusant, quelque chose qui nous rend heureux, et qu’on devra faire non seulement au printemps, mais à différents moments de l'année.

Apprendre plus »

Souscrire

Inscrivez-vous avec votre adresse e-mail pour recevoir mes nouvelles et des mises à jour

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Témoignages de mes clients & transformations

Regardez ce que mes charmants clients disent de mon travail

Télécharger le guide gratuit

Cinq étapes pour trouver sa «propre raison d ‘être»