Multitasking

Multitâches versus ne rien faire

“Il vaut mieux ne rien faire, mais bien.”

Dans ma vie précédente, en tant qu'expert administratif et financier, je me suis toujours vanté d'être une personne "multitâche" qui pouvait faire deux, voire trois choses en même temps. À cette époque, le monde du travail nous encourageait à le faire et avoir cette "qualité" sur notre CV était indispensable. Et pour ce qui est de la vie privée, en tant que mère, être multitâche était presque une obligation.

Il y a quelques années, j'ai vécu l'une des expériences les plus enrichissantes de ma vie : un burnout (ou fatigue extrême). Grâce à cette expérience, j'ai appris que le fait de ne faire qu'une seule tâche à la fois est non seulement plus productif, mais aussi la clé de notre bien-être et de notre bonheur. Mon corps était tellement épuisé qu'il ne m'était pas possible de faire deux choses en même temps, c'est alors que j'ai commencé à comprendre l'importance de faire une chose à la fois.

Pour une personne hyperactive comme moi, apprendre à faire une chose à la fois est devenu un défi. Cependant, à ma grande surprise, ce n'était pas aussi difficile que je le pensais. La plus grande difficulté que j'ai rencontrée a été d'arrêter de faire des choses simultanées que je faisais instinctivement sans penser qu'il s'agissait de deux choses en même temps : cuisiner et regarder une conférence en ligne (par exemple) ou regarder un film et me faire les ongles, prendre un café avec une amie et "garder un œil" sur mon téléphone, ou passer un appel sur What's App et vider le lave-vaisselle. Et j'avoue qu'il y a quelques semaines, pendant que je parlais à une amie, elle m'a surpris en train de faire cela (à cause du bruit de la vaisselle) et grâce à son commentaire, j'ai eu l'occasion de remettre en question à nouveau mon "état de présence" dans les activités que je fais à chaque instant.

Prendre conscience de notre "état de présence" a été la clé qui m'a permis d'arrêter de faire le multitâche. Pour cela, c’est simplement important de faire toutes nos activités en étant pleinement conscient de nos 5 sens et de nos 3 corps (spirituel, émotionnel et physique). Ainsi, par exemple, lorsque je cuisine, mes cinq sens sont concentrés sur la nourriture, ce qui rend impossible le visionnage d'une vidéo. La présence de mes sens et de mon corps dans ce que je fais est également devenue l'un des meilleurs moyens d'arrêter de ruminer et ma concentration et mon énergie ont augmenté.

La partie à laquelle j'ai dû prêter davantage attention est le fait que les autres vous demandent de faire quelque chose alors que vous êtes déjà engagé dans une activité. Par exemple, lorsque Clara, ma fille, me demande de faire quelque chose avec elle, ou me parle lorsque je suis concentré sur quelque chose. Quand je réponds, je le ferai plus tard quand j'aurai terminé cette activité, j’avais généralement des commentaires du genre : "... ah, mais tu es une maman, tu peux faire plusieurs choses en même temps" ou "tu es une femme, les femmes savent faire plusieurs choses en même temps". Mon ego avait tendance à vouloir prouver que c'est vrai que je pourrais faire les deux choses en même temps avec facilité ! Ce que mon ego ne reconnaîtra jamais, c'est que faire ces deux choses en même temps me prendra plus d'énergie et diminuera la qualité de ma présence auprès de la personne ou de l'activité que je fais. Aujourd'hui, Clara me demande de finir ce que je suis en train de faire avant de faire quelque chose avec elle, parce qu'elle sait qu'à cet instant elle m'aura à 100% (en corps, esprit et l'énergie) et croyez-moi, cet état de présence vaut beaucoup, surtout pour les enfants qu’on la facilite de comprendre quand vous n’est pas là et sont l’habitude de réagir face à notre manque d’attention (en faisant des crises, ou en répondant de ne façon méchante, … afin d’attirer notre attention !)

Une des activités qui m'a pris le plus de temps à comprendre que je devais faire sans faire autre chose en même temps, c'est "ne rien faire", c'est paradoxal, mais c’est vrai. C'est ne pas une blague, mais "ne rien faire" n'est pas si évident à faire ! 😉

Nous sommes psychologiquement et culturellement conditionnés à "faire", à être productifs et donner de résultats, et non à simplement "être". Pendant de nombreuses années, j'ai cru que je profitais de mes vacances pour "ne rien faire", mais en réalité, ce "ne rien faire", c'était plutôt lire, visiter de nouveaux endroits, courir de la plage à la piscine ou de la mer à la montagne, sans laisser un seul instant pour vraiment" ne rien faire". S'allonger sur la plage sans lire, juste respirer par exemple. Depuis que j'ai pris l'habitude d'inclure le "ne rien faire" dans ma vie, mon énergie, ma concentration et mon état émotionnel se sont considérablement améliorés.

Je peux donc dire avec bonheur aujourd'hui que je ne continue à faire attention pour ne plus être une femme « multitâche » mais plutôt devenir une experte en « solo tache » et que "ne rien faire" est l'une de mes activités préférées que je planifie avec joie dans mon agenda.

Partagez cet article avec vos amis

L'amour inconditionnel : un cadeau de joie

« L’amour » devrait être un sujet de discussion tout au long de l'année. Cependant, ce n’est qu’en février que nous en parlons le plus car nous voyons toutes sortes de publicités sur les cadeaux pour la Saint-Valentin. Nous recevons toutes les suggestions et idées sur les meilleures sorties en amoureux et les cadeaux que nous pouvons donner à nos proches pour leur montrer à quel point nous les aimons.

Apprendre plus »

Souscrire

Inscrivez-vous avec votre adresse e-mail pour recevoir mes nouvelles et des mises à jour

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Témoignages de mes clients & transformations

Regardez ce que mes charmants clients disent de mon travail

Télécharger le guide gratuit

Cinq étapes pour trouver sa «propre raison d ‘être»