Rituels et cérémonies: comment inclure le sacré dans notre vie quotidienne

« L'intention et toute notre attention transforment toute activité que nous jugeons digne en un acte sacré qui améliore la vie. » 

 

Les rituels et les cérémonies ont toujours fait partie de notre culture et de nos traditions, quelles que soient notre religion, nos croyances ou notre appartenance ethnique. Dans tous les pays, cultures et religions du monde, nous avons des rituels et des cérémonies spécifiques que nous accomplissons avec ferveur et qui, dans de nombreux cas, font partie de nos coutumes.

Aujourd’hui, certains rituels et cérémonies sont devenus à la mode et il est presque normal de les pratiquer. Par exemple, le rituel du matin (popularisé grâce au livre "le miracle du matin"). Je pense qu'il est important de garder à l'esprit que les rituels impliquent un ensemble de pratiques et de symboles (offrandes, danses, chansons, gestes ou performances), qui sont exécutés à plusieurs reprises et volontairement par des personnes liées à la culture, dans des lieux et à des moments spécifiques.

En général, nous associons les rituels à quelque chose de religieux ou de « chamanique » et nous ne tenons pas compte du fait que certaines choses que nous faisons « par habitude » font partie de nos rituels. Un rituel est un acte symbolique par lequel nous rendons visibles les valeurs invisibles, les émotions et les perceptions qui sont les plus essentielles, importantes pour nous. Donc, dans cette période spéciale de notre vie, je crois qu'il est important de redonner le caractère « symbolique » à nos rituels afin qu'ils puissent continuer à avoir non seulement leur importance dans nos vies mais aussi un impact « sacré ».

Maintenant, si nous parlons d'actes qui incluent des activités d'adoration à des entités divines (Jésus, Bouddha, anges, archanges, ...), ou des situations particulières de l'univers (saisons, équinoxe, pluie, ...), nous parlons plutôt de cérémonies. La coutume du « nettoyage de printemps » est l'une des cérémonies les plus courantes que nous effectuons au mois de mars (en Japon ils le célèbrent plutôt à la fin de l’année). Ce qui différencie un rituel d'une cérémonie, c'est que dans cette dernière il y a une manifestation « sacrée » de pétition ou de gratitude et que les cérémonies impliquent un protocole spécifique, certaines règles de conduite, des modes d'exécution, ainsi que l'utilisation de symboles. Symboles qui ne doivent pas forcément être des symboles sacrés, dans le cas de la cérémonie du « nettoyage de printemps », le balai et les produits d'entretien sont les principaux symboles ;-)

Pour ramener la touche "sacrée" et l'effet "magique" à tout rituel ou cérémonie que nous souhaitons effectuer, je recommande 3 étapes simples :

  1. Accomplir l'acte avec «intention»: quelles que soient les actions que nous effectuons, que ce soit pour atteindre un objectif ou pour démarrer une nouvelle étape (saison, une période de l'année) nous devons l'accomplir avec une « intention » c'est-à-dire avec un objectif clair. Faire un acte avec intention signifie que nous utilisons notre côté conscient pour le réaliser. Que nous impliquons les aspects physiques, émotionnels et psychologiques de ce que nous faisons.
  2. Faire confiance au résultat: être certain que l'effet du rituel ou de la cérémonie que nous effectuons sera positif. Que nous allons réaliser ce que nous souhaitons accomplir et que, dans de nombreuses situations, nous pensons que cela n'arrivera qu'avec "un miracle".
  3. Acceptez qu'il y ait quelque chose de "plus grand" que ce que nous imaginons: Quelles que soient nos croyances, accepter d'être unis par la même «divinité» nous permettra d'accomplir des choses merveilleuses et nous permettra d'ouvrir la porte à tout ce qui est possible.

Alors si nous allons faire un "nettoyage de printemps", un passage à « l’équinoxe de printemps", un rituel matin / soir, une mise à jour des vœux de mariage, une profession de foi, une cérémonie thé / chocolat, quel que soit le rituel ou la cérémonie I vous invitons à vous souvenir du côté unique et sacré de nos actions grâce au fait que nous sommes des êtres uniques, des êtres divins vivant des expériences humaines. Le but ultime de ces expériences est le bonheur.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le côté sacré des rituels et des cérémonies, je vous invite à visiter ma page Conférences et événements where you will find information about the Workshop/Coaching: Rituals & Ceremonies. 

Avec tout mon amour inconditionnel et ma lumière, Eli

Partagez cet article avec vos amis

Share on facebook
Share on twitter
Share on pinterest
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Comment faire un «nettoyage de printemps» pour retrouver l'énergie de la saison

La première fois que j'ai entendu parler du "nettoyage de printemps", c'était il y a plus de 20 ans, lorsque je suis arrivée en Europe, et j'été vraiment surpris!. Quoi ? c’est qu’on printemps que l'on fait un grand nettoyage ? vraiment ? A cette époque, J'avais déjà intégré en moi le fait que faire du nettoyage et l'organisation dois être quelque chose d'amusant, quelque chose qui nous rend heureux, et qu’on devra faire non seulement au printemps, mais à différents moments de l'année.

Apprendre plus »

L'amour inconditionnel : un cadeau de joie

« L’amour » devrait être un sujet de discussion tout au long de l'année. Cependant, ce n’est qu’en février que nous en parlons le plus car nous voyons toutes sortes de publicités sur les cadeaux pour la Saint-Valentin. Nous recevons toutes les suggestions et idées sur les meilleures sorties en amoureux et les cadeaux que nous pouvons donner à nos proches pour leur montrer à quel point nous les aimons.

Apprendre plus »

Souscrire

Inscrivez-vous avec votre adresse e-mail pour recevoir mes nouvelles et des mises à jour

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Témoignages de mes clients & transformations

Regardez ce que mes charmants clients disent de mon travail

Télécharger le guide gratuit

Cinq étapes pour trouver sa «propre raison d ‘être»